Précédent Index Suivant

2+2=4444

Cher lecteur, je sais que grâce à toi, je vais être mondialement célèbre en France à Paris dans mon immeuble, et il est normal que je te sois reconnaissant. J'éviterai donc de te faire de la peine gratuitement, à toi qui a cassé ta tirelire pour t'offrir un Nordinateur pour avoir enfin accès la culture et à la communication sans limites. Je ne te dirai pas que tu t'es bien fait arnaqué, qu'en guise de culture tu dois faire le tri dans un innommable ramassis de conneries, et que pour la communication, les octets crachés par le modem ne valent guère mieux que le doux babil de ce charmant appareil si mignon.

Tu n'es pas dans le chewing gum, mon cher lecteur... Enfin, juste un peu... Comment as-tu pu en arriver là ?

Peut-être parce que tu ne parles pas le dialecte communicant couramment. C'est un tort, car l'anglais n'est utilisé que par les rédacteurs de RFC ou programmeurs, individus primitifs qui ne sont bons qu'à fournir la matière première du rézo , et le français par les consommateurs, dont on attend seulement qu'ils continuent gentiment à cracher leur pognon ; la langue des maîtres, c'est le kommunikan, beaucoup plus riche que la minable prose qui traîne sur mon site, et qui a tout pour séduire les linguistes blasés :

Grâce à cette langue subtile et délicate, le marketteur et son alter ego cybernétique, l'incubateur de startup sont à même de faire rêver la bourse, le consommateur et le polititruc. En clair, tous ceux qui ont des investissements, des économies ou des subventions à claquer. Des thunes, quoi.

Il serait malvenu de traiter ces individus d'escrocs.
Certes, les performances des startups ne sont pas toujours à la hauteur des espérances de ceux à qui on demande pour la quatrième fois de sortir quelques millions. Mais la faute est chez toi, ô lecteur, qui n'apprend pas les pubs par coeur et n'achète pas assez sur le rézo des rézos. Tout ça parce que tu as peur que le vilain haX0r te vole ton numéro de carte bleue ! Songe que ta couardise est en train de couler l'économie.
En outre, les lois de l'arithmétique sont aussi floues que celles de l'optique, et si j'en juge par les business plans fumeux présentés par des gens a priori sérieux et intègres, il arrive que cyber2+cyber2 soit légèrement supérieur à cyber4. Oh, pas de beaucoup... Quelques dizaines de milliers de pour cent. Une paille quoi...

Et puis, Internet, c'est un rêve d'enfant, de grands enfants californiens : le plus grand bac à sable de tous les temps. Le seul qui soit illimité.
C'est pas beau ça ? Allez,on en a pour son pognon, finalement.

Précédent Index Suivant


Vengeur Masqué
Last modified: Sun Jan 19 13:00:56 CET 2003